Troubles du neurodéveloppement, les équipes de la Maison de la Petite Enfance se forment !

Chaque année, en France, 10% des enfants naissent avec un trouble du neuro-développement. Bessancourt s'engage dans l'enjeu de l'intervention précoce : Pour sensibiliser les équipes de la Maison de la Petite Enfance Donald Winnicott à ces troubles et les former sur le plan pédagogique, Christiane Jean-Bart intervient pour leur apprendre à observer, repérer, accompagner, et sensibiliser les enfants et leurs familles.

Image

Christiane, pourquoi est-il important de repérer ce type de troubles dès la petite enfance ?

Les 1000 premiers jours constituent une période cruciale pour le développement langagier, cognitif, moteur et social de l’enfant.

Il est primordial d’être attentif, car dans le cas des troubles du spectre de l’autisme, par exemple, les premiers signes d’alerte peuvent se manifester dès l’âge de 12 mois. Plus le diagnostic est posé tôt, plus nous pouvons rapidement mettre en place des interventions adaptées qui favoriseront l’inclusion de l’enfant dans le système scolaire, lui permettant ainsi de développer son autonomie et de poursuivre sa scolarité.

Quels outils et méthodes utilisez vous pour former les professionnels ?

Je forme les professionnels, à partir des recommandations des autorités de santé, je mets à disposition des équipes des outils d’observation du développement de l’enfant et des grilles permettant d’observer les écarts de développement et les signes d’alerte. Mon approche repose sur l’immersion dans l’environnement des équipes et des interactions entre les enfants et les adultes qui me permettent, par la suite, de préconiser des actions à mettre en place. Ces actions concrètes permettent aux équipes de la crèche de suivre l’évolution du développement de l’enfant et de mieux les accompagner.

Je peux être amenée également à intervenir dans les écoles pour aider les enfants à s’adapter à leur futur environnement scolaire.

Comment se passe l’accompagnement des familles ?

Ma sensibilisation auprès des familles me permet de travailler avec elles de façon étroite. Lorsque que je suis amenée à les rencontrer, l’entrevue se mène toujours en collaboration avec un professionnel de santé, afin d’élaborer des actions avec les parents.

Que pensez-vous de l’accompagnement de la Maison de la Petite Enfance Donald Winnicott en la matière ?

Les professionnels de la petite enfance ont un rôle essentiel tant sur le plan de la sécurité de l’enfant que de celui de son éveil et les équipes de la Maison Donald Winnicott ont une excellente dynamique. En travaillant ensemble et aux côtés des parents, ils partagent leurs observations pour permettre un suivi précis et adapté à chaque enfant.

C'est une chance de pouvoir confier son enfant dans ce type de structure, car le personnel veillera à répondre aux besoins fondamentaux de l'enfant, et donc à favoriser son épanouissement, à encourager son développement quel que soit son horizon pour une meilleure cohésion sociale et une égalité des chances pour tous.

"Notre ville a reçu un soutien financier de la Caisse d’Allocations Familiales du Val d’Oise et de l’État pour accompagner, dans le cadre de fonds d’investissement petite enfance, différents projets pour un montant total de dépenses de 324 080€. Il a permis entre autres, de former les professionnels de la petite enfance aux troubles du neurodéveloppement et du spectre autistique. Notre objectif est de mieux accompagner les enfants et les familles avec des équipes pleinement engagées et mobilisées. Parallèlement, nous avons pu porter des projets innovants sur la sophrologie, la psychomotricité et l’éveil musical et artistique."

Fathia Ghani Refoufi, Maire Adjointe déléguée au Projet Educatif

« C’est une chance pour la santé de nos enfants, d’avoir les équipes de la Maison de la Petite Enfance Donald Winnicott, formées sur ces troubles. Grâce à ce dispositif, les professionnels pourront accompagner les familles pour une prise en charge précoce, et mettre en place des « actions passerelles » avec les écoles de la ville pour assurer un avenir plus serein à nos enfants. »

Vanessa Bourdais, Maire Adjointe à la Santé et au Handicap