Accueil » Article » Histoire de Bessancourt

Histoire de Bessancourt

L'ancien lavoir, d'après l'ouvrage "Bessancourt, mon village"

Bessancourt tiendrait son nom d'une origine germanique datant de l'installation d'une colonie de Goths établie sous l'empire romain : de celui d'une femme Berth-Sind auquel on aurait adjoint le terme Cortem signifiant domaine en latin.

Des plus anciens contrats, on relève les noms suivants :

  • Bercolcort (1189)
  • Bercencort (1204)
  • Berchoncourt (1231)
  • Bercendicuriam (1249)
  • in territorio Bercecurie (1253)
  • Bersincourt (1239)
  • Bessencourt (1299).

Le site de Bessancourt passe pour un des plus anciens lieux d’habitation du diocèse. Sa situation particulière, au creux d’un vallon niché au pied d’une colline boisée, présentant des pentes ensoleillées, ne pouvait que favoriser l’implantation de l’homme. Le village s’est d’abord développé au bord d’un ruisseau, le « Menluce », dont le tracé suivait le thalweg de la Grande-Rue actuelle et du Chemin de la Voie pour rejoindre la Liesse à Pierrelaye.

C’est sous le règne de Philippe-Auguste que Bessancourt, en 1189, accède au rang de paroisse, par la voix de Maurice de Sully, évêque de Paris : « Nous, dans le village de Bercolcort... instituons une église indépendante et la déclarons libre de toute redevance envers l’église de Taverny »

De très vieux titres nous apprennent que les premiers seigneurs (les Tirel) percevaient à Bessancourt des droits de péage et des droits sur le moulin à vent, les fours à pain et les pressoirs.

Après avoir connu la domination des Tirel, Bessancourt a été assujettie, pendant cinq siècles et demi, du XIIIème au XVIIIème siècle, à l’abbaye de Maubuisson ; trente abbesses s’y sont succédées, se faisant appeler Dames de Bessancourt.
Ce fut un territoire en partie très tôt mis en valeur que Blanche de Castille et Saint-Louis donnèrent à l’abbaye de Maubuisson, qui marque ensuite l’empreinte de sa puissance par la construction de l’église.
A la Révolution, le domaine de Maubuisson est vendu, et le premier conseil de la Commune se tient le 7 février 1790.

Le 27 avril 1789, les députés Garnier et Meurger portent le cahier des plaintes et doléances des Bessancourtois aux Etats Généraux. Bessancourt perdra son statut de "bourg fermé" (pour traverser le village, il fallait acquitter un droit de péage) à la grande satisfaction des vignerons qui possédaient 132 hectares de vignobles.

La première élection municipale aura lieu le 7 février 1790, Jacques Chéron sera le premier maire de Bessancourt.

En 1862, mairie et écoles s’installent dans des bâtiments situés près de la place et de l’ancien cimetière, bâtiments qui seront démolis et reconstruits en 1878, avec une nouvelle mairie et une nouvelle école.

Terre de laboureurs et de vignerons, riche de ses cultures, Bessancourt n’a cessé de se développer au cours des siècles, passant de 240 habitants en 1470 à 1124 habitants à la veille du XXè siècle.

Avec le développement des transports et la proximité de Paris, Bessancourt a perdu au cours du dernier siècle sa situation agricole privilégiée qui en faisait un lieu de villégiature très apprécié.
Riche de son passé et de son cadre privilégié, Bessancourt attire néanmoins de nouveaux habitants et connaît une expansion considérable (2153 habitants en 1936, 2644 en 1960, 3500 en 1968, 5759 en 1975, 7500 en 2000).

Si peu de Bessancourtois sont encore agriculteurs, ils apprécient toujours le caractère rural de leur commune et la qualité de son environnement naturel.

Les publications